Adidas Superstar Neon Journal

L’un des vers d’Akhenaton, imprimé au dos du maillot, comporte une faute: « Et nos coeurs sont oranges, comme au couchant sont les flots ». Or, comme l’expliquait Bernard Pivot sur France 2 vendredi lors du journal de 13 heures, « si un mot qui désigne une couleur est un nom commun pris comme adjectif, il reste invariable », et ‘orange’ aurait donc dû s’écrire au singulier, sans le ‘s’. Mais, pour le journaliste et écrivain, fan de football et notamment de l’AS Saint Etienne, « il ne faut pas donner un carton rouge à l’OM, il faut donner un petit carton jaune »..

Et Daval, géré par sa femme Valérie, a assuré la communication des sélectionnés pour les Jeux de Pékin. Faux procès, soutient Jean Luc Rougé, le président de la FFJ : « Nous étions sous contrat avec Adidas avant que Double D ne rachète la licence des kimonos et Daval était la société la plus qualifiée. » « Daval, c’est une décision de Jean Luc et de ma femme. Je leur ai dit que je ne voulais pas », assure David Douillet.

D’où l’explosion des messages écologiques émanant des maisons de luxe, à l’instar de Kenzo, qui s’est fait remarquer lors du défilé été 2014 avec ses tee shirts No fish, No nothing et son partenariat avec la Blue Marine Foundation. A Marseille, on s’affaire aussi en faveur de la mer. Le designer Ora to compte bien métamorphoser les trois hectares qu’il a rachetés sur l’île de Ratonneau, au Frioul, en plate forme écologique.

Mais l’impact global sur l’économie d’outre Manche apparaît aléatoire. L’effet d’entraînement de ce gigantesque événement est difficile à évaluer à long terme. D’autant que les Jeux n’ont pas fait l’affaire de la distribution, des restaurateurs, de l’hôtellerie, des musées et théâtres, désertés au plus haut de la saison touristique par les visiteurs habituels.

Bernard Tapie a confirmé dans un communiqué la perquisition à son domicile de7h30à 10h30etsans qu’aucun document n’ait été saisi.Je n’ai aucun autre commentaire à faire à l’instant. Je m’expliquerai sur cette affaire, si cela me parait nécessaire, a t il ajouté. Les magistrats enquêtent sur la décision prise par le ministère de l’Economie au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy de recourir à un arbitrage pour solder le contentieux qui opposait Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais sur la vente litigieuse d’Adidas par la banque en 1993.

L’OM semble ainsi offrir la possibilité d’une reconquête et d’un spectaculaire rétablissement. Son retour au sein du club marseillais en avril 2001 illustre, d’une part, que dans le sport, le retour en grâce est possible et, d’autre part, que cette possibilité est plus évidente à Marseille qu’ailleurs. L’OM apparaît donc comme le club de la seconde chance, celui qui offre la possibilité de se rattraper et de repartir de l’avant.

Répondre