Adidas Superstar Neon Guppy

La justice pénale pourra en juger autrement, selon d’autres critères. Mais la saisine de la CJR par plusieurs députés socialistes en 2011, alors emmenés par Jean Marc Ayrault, s’est enclenchée sur un bug : l’acte d’introduction affirme qu’une commission d’enquête parlementaire aurait accusé Lagarde d’avoir commis un faux. Or, son rapport ne dit rien de tel, seule une motion du PS annexée utilise le terme..

Il raconte notamment son enfance dans la région de Moscou les beuveries quotidiennes de son père, les jeux avec les copains sur les chantiers abandonnés, le chaos économique postsoviétique. La dernière chose que j’avais envie de faire, c’était de rentrer à la maison, écrit il. Plus tard, à Moscou, il commence à prendre des photos, immortalise les marginaux de la place des troisgares et fréquente la célèbre cuisine d’Alexander Lapin, photographe auprès duquel il vient prendre des conseils.

Si l’issue judiciaire reste incertaine, la polémique repart de plus belle. Hier, Jean Peyrelevade, ancien président du Lyonnais aujourd’hui membre du Modem (dont le président, François Bayrou, est en pointe sur le dossier Tapie), affirmait sur Europe1 qu’il s’agit d’une gigantesque manipulation, l’un des plus gros scandales de la République. Tapie lui rétorquant : Il ferait mieux de se taire, ou alors confesser les milliards encaissés par sa banque via des paradis fiscaux à l’occasion de la revente d’Adidas..

Eva Joly, ancienne juge d’instruction au pôle financier qui avait eu en charge le dossier Elf, doute de la suite des événements, malgré l’ouverture de cette enquête préliminaire à la demande de Bercy : Le parquet de Paris n’a pas saisi de juge d’instruction, il ouvre seulement une enquête préliminaire. Et il risque de trouver des personnes proches du pouvoir. Echaudées par l’affaire Elf, les autorités ne souhaitent pas forcément qu’on sache qui se cache derrière les fonds.

La mise en scène des 60ans triomphants du rocker le plus populaire de ce pays ressemble à un gigantesque complot fomenté par l’orchestre gris: les baby boomers. On pourrait facilement attribuer l’anniversaire de Johnny Hallyday, et le tsunami publicitaire qui l’a accompagné, à un brainstorming complice de la cellule élyséenne, de Jean Claude Camus et d’Universal réunis. Comment expliquer sinon que ce visage d’ange rock’n’roll, retapé à la DHEA, ne vienne aussi parfaitement métaphoriser l’invraisemblable persistance des baby boomers à occuper la scène, l’allongement des cotisations et le niquage en règle des générations qui arrivent? Si j’arrêtais, je m’ennuierais, décrétait l’idole des vieux dans le Parisien.

Répondre