Adidas Superstar Miroir 40 Cm

Cools, mais classiques. Jamais, une gifle. On ne m’a rien imposé. L’idée de fonder une marque leur vient du légendaire Yves du Manoir : polytechnicien et rugbyman surdoué, capitaine du XV de France, il se tua en 1928 dans un accident d’avion à l’âge de 23ans. Son histoire était incroyable, son maillot était magnifique, on avait envie de le reproduire, explique Benoît d’Argenlieu. En partenariat avec le musée national du Sport et certains clubs, qui leur fournissent de précieuses images d’archives, ils rééditent ainsi des maillots de rugby, mais aussi de foot ou d’athlétisme, avec une prédilection pour le début du XXesiècle.

Pourtant nous n’avons jamais eu l’impression qu’elle est quittée les pieds des populations. En 2003, la chaussure fait son grand retour. Inutile de se poser trop de question. Un édifice qui est à l’image de la marque: à la fois ancré dans l’histoire et tourné vers l’avenir, racontait en mai dernier un employé très enthousiaste au journal Le Parisien.Si le siège social se situe en Alsace, ce sont les équipes commerciales et marketing, retail et back office qui ont quitté leurs anciens locaux de Voisin le Bretonneaux (dans les Yvelines) et de la rue Notre Dame des Victoires pour poser leurs valises dans le IXe. Sur les huit étages, seuls deux sont réservés au travail des collaborateurs. Les autres font office de showroom et sont dédiés aux partenaires, athlètes et aux médias.

Le diméthylfumarate, quant à lui, peut être trouvé dans les petits sachets des boîtes de chaussures. Il a la forme de cristaux blancs, il est inodore et permet de conserver la matière première lors des transports et stockages. Parmi les poisons, pigments et chlore font aussi des victimes.

Ses diverses collaborations avec les marques (Louis Vuitton, H Ikea, Estée Lauder, Mercedes Benz) ne la rendent pourtant pas aussi fière que ses cartographies olfactives de villes comme Paris, Berlin, Cape Town, Mexico et dernièrement Kansas City, aux Etats Unis. Présentée au mois d’octobre, l’exposition « SmellScape Kansas City » aura exigé cinq années de recherche. « Pour chaque ville, la méthodologie est la même : je choisis un ou plusieurs quartiers dans lesquels je renifle tout ce qui me semble emblématique des lieux.

Ce que j’en ai conclu, c’est que le travail de mes parents avait payé pour tout ce que nous avions. Que rien n’était acquis. D’ailleurs je n’ai jamais rien reçu sur un plateau d’argent.. Chasubles bombées. Fidèles à leur propos conceptuel, avec leur second défilé prêt à porter, Viktor Rolf exacerbent l’idée du noir total. Des pieds à la tête, peaux et cheveux compris.

Répondre