Adidas Superstar Manga 90X90

Elle se glisse dans les draps chauds de l’innocence perdue. Elle entre dans l’espace que la vie déserte. Elle est l’amante empressée de convoler en mariée blessée. Sans jouer le rôle d’agent ni tirer profit financièrement de ce phénomène, les Douillet savent qu’ils ont tout intérêt à entretenir des bons rapports avec Riner et son clan. De retour du championnat d’Europe à Belgrade en avril dernier, où Riner avait conquis son premier titre majeur en seniors, plusieurs témoins avaient observé David Douillet et Teddy Riner discuter tout le long du voyage en avion. De longs rendez vous avaient également eu lieu après le titre mondial de Riner en septembre à Rio de Janeiro..

Sollicité pour la Justice, Eric de Montgolfier a bêtement décliné : Quand même ! Et la déontologie ? s’est il offusqué. Mais personne ne se souvient de cet obscur concept faute d’usage, le terme a d’ailleurs été retiré des dictionnaires. Cela dit, le procureur regrette amèrement son refus, se morfondant, jusqu’à sa récente retraite, à Bourges, où l’équipe de foot locale ne sait même pas qu’on peut acheter des matchs..

L’aveu impossible. Franck, 35 ans, qui travaille dans le marketing, explique : Au bureau, je porte une cravate, alors je préfère quelque chose de neutre, j’ai acheté une sorte de gibecière noire chez Go Sport : c’est comme un cartable. Ou encore, Julien, architecte, 28 ans : Pour les hommes, le sac n’est pas un accessoire, c’est quelque chose d’essentiel, insiste t il, alors on ne mise pas tant sur le décoratif, on n’en a pas des mille et des cents.

Dans un pub anonyme d’une rue résidentielle à l’ouest de Londres, sous une lourde chaleur d’été, Stella McCartney arrive coiffée d’un chapeau et vêtue à la coule, bien plus grande qu’imaginée, bien plus franche et accorte, aussi, que ne le laisserait croire sa vie en retrait du barnum people. De rares interviews, une image lisse de créatrice de mode dont on connaît surtout les principes écologiques et végétariens (appliqués au monde du luxe, quelle ironie), et cette existence hyperactive et hyperréglée un mari et trois enfants, en plus du reste qui lui fait dire, en riant : Je ne suis pas une grande amuseuse. A l’heure où les filles et filsde s’inventent des occupations plus ou moins artistiques comme alibi à leur hégémonie sur la pop culture moderne, celle dont le père s’appelle Sir Paul McCartney, ex Beatles, a réussi à se faire un prénom en évitant tout autant la vacuité de ses pairs héritiers que l’excentricité parfois lassante de ses collègues fashion..

Répondre